Appel à contribution - Dossier « Les meilleurs vendeurs contemporains »

1 Octobre 2011



Les «meilleurs vendeurs» : Patrick Senécal, Jean-Jacques Pelletier, Danielle Steel, George R. R. Martin, Tom Clancy, Stieg Larson, Josélito Michaud, Marie Laberge, Kim Thuy, Henning Mankell, Michel Rabagliati, Anne Robillard, Chrystine Brouillet, David Servan-Schreiber, Dan Brown, Muriel Barbery, J. K. Rowling, Elizabeth Gilbert, Katherine Pancol, Marc Levy, Hubert Reeves, Diana Gabaldon et bien d’autres encore.

Qu’ils appartiennent à une forme littéraire, un mode, ou un genre bien précis (essai, livre de croissance personnelle, fantasy, littérature policière et de détection, science-fiction, bande dessinée, saga historique, littérature jeunesse, etc.) ou qu’ils s’inscrivent plus «simplement» dans le champ du roman de grande consommation, les livres qui réussissent à se hisser dans les palmarès dressés religieusement à chaque semaine par les grands journaux, les chaînes de librairies et les autres intervenants du monde du livre seront au cœur des réflexions suscitées par cet appel à contribution.

Salon double souhaite orienter la réflexion sur les meilleurs vendeurs contemporains selon deux axes, qui sont les suivants:

1. Lectures d’œuvres

Les contributions s’inscrivant dans cet axe auront pour projet de dresser un portrait de la production littéraire de grande consommation actuelle. Les œuvres choisies doivent donc avoir été publiées dans les dix dernières années et avoir fait l’objet d’un certain engouement commercial et médiatique. Il s’agit ici de situer ces œuvres en regard de la contemporanéité et d’en révéler les attributs dignes d’un intérêt plus attentif que celui d’une première lecture. Les textes pourront orienter leur réflexion pour répondre, entre autres, aux questions suivantes :

- Existe-t-il un caractère particulièrement contemporain qui caractérise les romans et les autres livres publiés par les auteurs habitués aux palmarès? Comment ces livres s’inscrivent-ils dans le vaste champ des esthétiques contemporaines? Observe-t-on des singularités entre ces œuvres et celles de champs plus restreints?

- Ces titres font-il plutôt appel à une sensibilité surannée, à un charme singulier misant sur la nostalgie des époques révolues?

- Ces romans nourrissent-ils vraiment le désir d’évasion de ceux qui les achètent en masse? Ces œuvres qui cherchent à faire passer un bon moment de détente au lecteur, qui se veulent à dessein captivantes, comportent-elles un deuxième degré de lecture pouvant déplacer leur intérêt du simple divertissement à une lecture plus intellectuelle?

2. Réflexions spécifiques (pour notre section «Antichambre»)

Les bestsellers ne forment une catégorie que dans la mesure où leur succès commercial leur mérite ce titre, ce qui relève d’une entrée dans la catégorie a posteriori. Existerait-il, donc, une réelle singularité de ce type de production littéraire? Les collaborateurs intéressés par cette problématique pourront opter pour une approche plus réflexive qui, sans faire d’une œuvre en particulier le centre de son propos, s’intéressera néanmoins à cette production littéraire singulière. Les réflexions devront être consacrées au champ littéraire contemporain, avec des passerelles vers des enjeux esthétiques, idéologiques, sociologiques, institutionnels ou philosophiques propres au contexte contemporain. Il s’agira de voir si l’on peut poser des constats à la suite de l’étude des meilleurs vendeurs, ou encore de réfléchir aux interprétations possibles des modes, des tendances, des courants qui peuvent émerger d’une telle étude.

Les gens intéressés à proposer un texte réfléchissant à l’une ou l’autre de ces questions —dont la liste que nous dressons n’est pas exhaustive— sont invités à contacter le comité de rédaction de Salon double. Avant de soumettre une proposition, les collaborateurs doivent consulter le protocole de rédaction du Salon double.

Les propositions de lecture doivent être envoyées à salondouble@contemporain.info avant le 1er octobre 2011.

(La photographie «Bookstore» de ReneS est tirée de Flickr et partagée sous une licence Creative Commons.)